Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Un voyage littéraire au Canada

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Villes littéraires

Ottawa

La capitale littéraire du Canada
par Steven Artelle, Bibliothèque et Archives Canada

Timbre-poste de 1,55 $ blanc avec illustration en couleurs figurant des édifices sur une colline escarpée et une représentation en jaune pâle d'une rivière à l'arrière-plan

Timbre-poste intitulé « 1857 Ottawa 2007 », 3 mai 2007

Source

On peut considérer les notes du journal de Samuel de Champlain (1613) comme les premiers signes littéraires apparus à Ottawa. L'auteur a écrit ces remarques pendant qu'il explorait la rivière connue sous le nom d'« Ottawa », du nom de la population autochtone qui contrôlait le commerce de la région. En 1855, les collectivités installées autour de l'embouchure du canal Rideau, sur la rivière Ottawa, ont donné ce nom à leur ville récemment constituée. Le poète et historien Benjamin Sulte soulignera que ce choix « consacre une erreur », car le peuple Ottawa vient à l'origine de la région des Grands Lacs. La reine Victoria nomme la ville, deux ans après la constitution de celle-ci, capitale de la province du Canada. Avec l'avènement de la Confédération en 1867, la jeune ville devient la fière capitale du pays.

Photographie en noir et blanc d'un homme de profil

Archibald Lampman

Source

Les premiers colons de la région comptent plusieurs écrivains, dont William Pittman Lett, auteur de Recollections of Bytown and its Old Inhabitants (1874). Cependant, ce n'est que lorsque les parlementaires et les fonctionnaires du gouvernement fédéral s'installent à Ottawa, au milieu des années 1860, qu'une importante communauté littéraire s'enracine. Le nom du poète Archibald Lampman, lui-même fonctionnaire, devient synonyme de la culture littéraire de la ville après la publication de son premier ouvrage intitulé Among the Millet and Other Poems (1888). Dans Poets of the Capital (1974), Wilfrid Eggleston déclare que « depuis l'arrivée de Lampman à Ottawa, en 1883, la capitale nationale a toujours eu au moins un petit groupe d'écrivains de talent  ». La Ville a honoré Lampman en installant un peu partout des plaques historiques, et son nom apparaît dans le magnifique vitrail qui décore la bibliothèque municipale d'Ottawa, en compagnie de ceux de Shakespeare, Byron et Tennyson.

Photographie en noir et blanc d'un homme avec des lunettes, assis, tête appuyée sur la main

Duncan Campbell Scott, 10 mai 1943

Source

Lampman continue d'inspirer les écrivains locaux, mais pour de nombreux autres poètes et romanciers installés à Ottawa depuis le XIXe siècle, la ville est devenue source d'inspiration. Citons parmi ces auteurs Duncan Campbell Scott, William Wilfred Campbell, P. K. Page, Carol Shields, Elizabeth Smart, Norman Levine, Madge Macbeth, Elizabeth Hay, John Newlove, Frances Itani, Seymour Mayne et Rob Mclennan.