Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Un voyage littéraire au Canada

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Villes littéraires

Charlottetown

La reine de l'Île-du-Prince-Édouard
par Marcel Barriault, Bibliothèque et Archives Canada

Depuis longtemps reconnue pour ses collines ondulantes et ses falaises de grès rouge, Charlottetown porte le surnom de « lieu de naissance du Canada » parce qu'elle a accueilli en 1864 l'une des premières rencontres des Pères de la Confédération. Nommée en l'honneur de la reine Charlotte, épouse du roi George III et grand-mère de la reine Victoria, la ville a été fondée près des ruines de Port Lajoie, ancienne capitale administrative de l'île à l'époque où celle-ci était sous juridiction française.

Le charme rustique et la beauté majestueuse du paysage frappent les voyageurs visitant Charlottetown et l'Île-du-Prince-Édouard. Selon une légende micmac, lorsque le grand esprit Glooscap eut fini de peindre les merveilles du monde et d'utiliser toutes les couleurs de sa palette, il trempa son pinceau dans l'océan et créa son île préférée, appelée Abegweit ou Epegwitg, qui signifie « bercée par les vagues ».

Page blanche avec texte dactylographié en noir

Tapuscrit du poème « The Island », par Milton Acorn

Source

Ce luxuriant « jardin du golfe » est devenu l'un des paysages littéraires canadiens les plus étonnants et les plus durables. Natif de l'île, Milton Acorn, appelé « le poète du peuple », célèbre la beauté de l'île dans le recueil intitulé This Island Means Minago (1976), qui lui a valu le Prix du Gouverneur général : « De calmes rivages - des plages qui grondent / Mais faites deux mille pas et la mer / Devient un étrange paysage / lumineux, serti dans les basses collines / qui zigzaguent » (traduction libre) ».

Photographie en noir et blanc d'une femme assise sur une chaise et portant un chapeau et des lunettes

Lucy Maud Montgomery,
vers les années 1920-1930

Source

Mais la plupart associent Charlottetown à l'héroïne du roman Anne... la maison aux pignons verts, écrit par l'auteure insulaire L. M. Montgomery. C'est à Charlottetown que la rousse orpheline chérie de tous apprivoise la société urbaine et la sophistication. Pour lui témoigner sa reconnaissance, Charlottetown a célébré la petite fille dont le nom est devenu synonyme de l'Île du Prince Édouard. Depuis 1965, la ville présente la comédie musicale tirée du roman; ce spectacle musical est celui qui a le plus longtemps tenu la scène au Canada. La popularité de ce personnage de fiction s'est transformée en culte, alimentant une véritable industrie touristique axée sur la jeune héroïne bien-aimée. Charlottetown peut bien être la capitale de la plus petite province canadienne, mais grâce à Anne Shirley, la ville projette l'une des ombres les plus longues sur le paysage littéraire canadien.