Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Vision photographique du Canada :
La mémoire d'une nation

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Essais

Photographie commerciale

Photo de trois femmes en maillot de bain, debouts dans l'eau jusqu'aux chevilles, Grand Beach, Lake Winnipeg (Manitoba), vers 1914
Sur la rive du lac Winnipeg, collection des Chemins de fer nationaux du Canada
Grand Beach (Manitoba), vers 1914
Photographe inconnu
PA-181069
Source

La photographie a d'abord eu une application commerciale, liée au coût élevé du matériel et aux manipulations difficiles. Aussi compte-t-on peu de daguerréotypistes amateurs, sinon aucun. Les photographes professionnels prédominent jusque dans les années 1890, époque où la pratique, chez les amateurs, gagne du terrain.

Les premiers photographes se déplacent pour leur travail et, jusque dans les années 1850, tandis que l'usage de la plaque au collodion humide favorise une réduction des coûts et permet à la photographie de s'épanouir, seules les grandes villes comptent la présence de studios. La réalisation de portraits constitue la principale activité des studios, mais on leur confie aussi de saisir des images d'extérieur  --  paysages, photos d'architecture, stéréogrammes (souvent vendus à des touristes), reproductions et autres travaux semblables. Les studios font aussi de l'encadrement et vendent des albums et des lithographies. Lorsque se multiplient les instantanés réalisés par des amateurs, les studios vendent des appareils photos, des pellicules et du matériel photo, et ils développent et impriment les photos d'amateurs.

Entre 1870 et 1910, avec la croissance de l'impression en similigravure, les livres, magasines et journaux font de plus en plus appel aux photographes. Par la suite, les journaux créent leurs propres studios. Les grandes firmes industrielles emploient à leur tour des photographes à temps plein qui documentent leurs activités, réalisent leurs catalogues et témoignent de leurs progrès et de leur expansion. Les organismes gouvernementaux et la police ont d'abord engagé des photographes pour réaliser des projets précis, mais bientôt, ils s'attachent les services de photographes attitrés qui enregistrent leurs activités, comme la construction d'édifices ou l'identification dans le domaine criminel.

Au cours du XXe siècle émergent de grandes entreprises, dont Arnott & Rogers ou Rapid Grip & Batten, qui disposent d'importantes installations avec des modèles, des éclairages, des lentilles et appareils spécialisés, et des cadres pour les photographes professionnels et les artistes en arts graphiques. Les photographes qui travaillent seuls continuent cependant d'être très compétents et réalisent des portraits, des paysages, des photographies d'architecture ou d'événements spéciaux, ainsi que tout travail rémunéré. Ce faisant, ils ont sans le savoir enrichi notre histoire, car ils sont à l'origine de très nombreux documents conservés dans toutes les archives du pays.